A propos de l'auteur Elisabethbaysset

Site Web : http://elisabethbaysset.canalblog.com/

 

Quelques mots sur moi

Elisabeth Baysset est née en Algérie. Elle a grandi à Ferrals, dans l’Aude. Une lumière à la fois douce et crue habite son enfance, les chemins et les murs de la propriété familiale. Elle vit aujourd’hui dans le Languedoc. Elle a installé son atelier à l’étage de sa maison. Elle n’a voulu entrer dans aucune école ou apprendre sous l’œil d’un maître. Elle a écouté son désir de peindre. Elle s’est affranche des modèles et des courants pour ne s’attacher qu’au plus essentiel : la réalité de la vie.
Sa peinture se tient à la frontière de l’écriture et de l’image. Elle saisit les attitudes, relève dans un intérieur, une scène, un visage, le point où la lumière se pose. Son oeil connaît l’histoire et le drame qui se jouent. Ses premières séries de tableaux, où se tiennent des familles, des personnages seuls, pris dans leur espace intime, des paysages, dans un ocre rougeoyant, nous le révèlent. Elle réalisera pour l’édition des couvertures de romans policiers, traités comme des instantanés et où le secret de l’enquête se tient suspendu , livré.
Son œuvre a évolué avec le regard que le peintre, la femme, a ouvert sur les choses et les êtres. Elle rend témoignage de ce qu’elle a saisi et aimé à travers les portraits. Portraits de femmes, d’hommes, d’enfants, de lieux, d’intérieurs, d’objets, de fleurs. Faisant apparaître le mouvement sous-jacent des choses : la trace du lever dans un lit défait, le geste de la main déposant une tasse sur un coin de table, la corolle d’une fleur qui se déploie dans la lumière. Chaque tableau nous renvoie à la présence de la personne.
Quelque chose se met à vibrer là où on ne l’attendait plus. Le jour qui pénètre sous le voilage d’un rideau, un corps vu de dos frémissant dans les vagues, la courbe d’une tresse sur la nuque d’une jeune fille, la lueur d’un regard qui soudain appelle. La toile est tendue vers nous.
Il y a la présence d’un dialogue ininterrompu avec l’intime. La lumière caresse les choses et les êtres. Un regard pudique, mais tenace, qui voit tout, une constance mesurée, attentive, guident le pinceau sur la toile, rendant au sujet toute la gamme de nuances, jusque dans le moindre détail, pour que soit restituée une seule chose : sa vérité.
Nelly Saby